SAINT MARTIN LE GREARD

Bienvenue sur le site de Saint Martin le Gréard

Mairie | Actualités | Vie locale| Economie | Tourisme | C.C.D.D | Archives | Webmaster

Mairie

Accueil
Plan du site
Moteur de recherche
Actualités
En savoir plus

 
 
 
 
 
> Actualités> Le Voyage de Mèlinda
<<1 2 3 4 >>

St Martin le Gréard en Mode Niger !

                Quelles drôles de circonstances ont fait qu'une petite commune comme celle de St martin le Gréard se trouve transportée dans les sables du continent Africain. J’ai porté son nom aussi loin car la mairie m'a permis de voyager dans ce pays magnifique.
                 La seconde année de DUT Carrières Sociales, intègre un stage de deux mois pour validation du diplôme. Nous avons décidé avec deux amies de partir hors de France afin d'avoir notre propre vision du domaine social. Nous avons cherché une organisation qui accepte notre dossier, et avons pris contact avec l'association ALED (Association lieu d’espoir pour le développement) située sur Paris qui a pour but d’épauler la population sourde dans son accès à l’éducation et pour principe de faire partir des étudiants durant l'été afin qu'ils puissent construire entre autre des écoles, des nurseries... À la lecture de notre projet d'animation pour un public en difficulté, il nous a été proposé une action pour les enfants malentendants au Niger.
                Heureuses d'apprendre cette bonne nouvelle, nous étions toutes les trois très enthousiastes à l’idée de commencer cette magnifique aventure ! Pendant un an, nous avons préparé ce projet et notre grand départ était prévu le 12 avril 2009.avril 2009.
Après avoir fini nos partiels, le mémoire, et tous nos exposés, il ne nous restait plus qu’à effectuer ce fameux stage de fin d'études pour valider notre DUT.
                Nous avons survolé la terre pendant un peu plus de 5 heures pour enfin arriver à Niamey, la capitale du Niger. A 1 h du matin, nous avons atterri dans cette grande ville qui nous été inconnue, magnifique et étonnante à la fois. Nous étions fatiguées et nous avions chaud ! Dur, Dur, de passer de notre petit 15re petit 15re petit 15re petit 15° printanier à la température de 40°, de nombreuses gouttelettes perlaient sur nos fronts.
                À notre arrivée à l'aéroport, nous pouvions déjà voir la différence entre les pays du Nord et le continent Africain, et cela rien qu'au niveau de l'aménagement de l’aérogare. Toutefois nous avons été interrompues dans nos réflexions de jeunes étudiantes par Kaltouma. Kaltouma est la personne qui s'est occupée de nous tout au long de notre séjour. Si nous devions la décrire en un seul mot : “magnifique” dans tous les sens du terme. Cette femme est la présidente de L'ONG « EFIS », une organisation créée afin que les enfants malentendants puissent accéder à une scolarité comme les autres enfants.
                 Au Niger, on recense énormément de cas de surdité à cause de maladies du type méningite. Normalement, ce sont des maladies qui se soignent facilement mais l'Afrique manque de tout. Par son action, les enfants pourront communiquer entre eux et apprendre un métier. C'est donc pour une de ces raisons qu'elle se bat ainsi que pour construire des écoles et universaliser le langage des signes dans son pays.
                Quand nous sommes arrivées chez elle, où nous avons été accueillies par toute sa famille. a famille. a famille. a famille. a famille. a famille. a famille. a famille. a famille. a famille. a famille. a famille. Kaltouma vit dans un quartier assez pauvre. Cependant, elle et sa famille, sont considérées comme une famille possédant un revenu convenable, et doivent venir en aide à toutes personnes qui leur demande assistance. Nous avons été surprises de cette solidarité. Sa cousine habite dans la brousse où il n'y a pas d'école. Elle a 4 enfants dont 3 filles sans formation, c’est également pour cela elle a demandé à kaltouma, de s'occuper dans la mesure du possible de la scolarité de son fils lllias.
                Le lendemain, nous étions impatientes de découvrir cette ville, j'ai eu l'impression de me retrouver dans un documentaire télévisé. C'était magique, il y avait des chameaux, des hommes travaillant sous des petites huttes ainsi qu'un âne attelé a une charrette ; un âne suivi d'un taxi qui avait des difficultés pour rouler sur ce sable. En parlant de ce sable, il était magnifique de couleur jaune orangé tout comme le paysage qui nous entourait. Nous étions émerveillées par ce tel dépaysement.
                  Apres deux jours à Niamey nous sommes parties à 5h du matin pour rejoindre notre lieu de stage à Marani ; capitale économique du Niger. Apres 10h de bus nous avons été accueillies par les professeurs de l'école d'enfants sourds qui nous ont accompagnées dans notre nouvelle maison et nous ont offerts à manger en guise de bienvenue.
                 Nous étions comme dans un rêve. Le lendemain, nous avons été invitées à une formation sur le langage des signes Nigériens animé par Kaltouma. Cette organisation nous a permis de découvrir la culture Nigérienne et de rencontrer les familles avec qui nous allions travailler.
               Notre projet a été remodelé plusieurs fois pour différentes raisons : le temps, l'inadaptation par rapport au public... Au début, nous souhaitions mettre en place une course d'orientation entre une école d'enfants sourds et une école d'enfants « entendants » pour concevoir une journée d'intégration entre les deux publics. Nous avons remarqué à plusieurs reprises que les règles de la course d'orientation étaient trop difficiles pour des enfants qui ne sont pas habitués à jouer et qui ne comprennent pas tout ce qu’il leur est dit par signes. De plus, au début, nous voulions qu'une école d'enfants « entendants » se joigne à nous mais nous avons du nous limiter qu’à une classe.
                En effet, au Niger, les classes sont composées de 60 à 70 enfants donc, à l’échelle d’une école cela équivaut à environ 600 élèves. C'est énorme et ingérable à 3 !!
                Enfin, nous avons décidé de faire des olympiades pour remédier à ce problème. Ce jeu consiste à mettre en place plusieurs épreuves sportives, d'adresse et de logique. Il y a un tableau où toutes les équipes se référent pour savoir qui sont leurs adversaires. Pour cela, nous avons constitué nous-mêmes les groupes de façon à ce que les enfants sourds et « entendants » soient ensembles. Notre but était qu'une cohésion se créée entre ces deux publics. C'est aussi pour cela qu'à la fin, nous avons terminé les olympiades par un grand repas.
                En France, ce projet serait considéré comme simple ou normal car les enfants pratiquent souvent des grands jeux de ce type pendant leurs vacances. Il faut savoir qu'au Niger, les enfants ne connaissent pas le jeu, pour les parents, ce n'est pas une priorité, ils doivent travailler pour subvenir aux besoins de leur famille. C'est la directrice adjointe de l'école qui nous a dévoilé ces propos.
               Un jour, il y a eu un débordement d’enthousiasme. En effet, j'étais en train de faire un jeu avec mon groupe et il commençait à y avoir de plus en plus d'élèves autour de moi. Surprise, je me suis mise à frapper dans les mains pour créer un rythme, les enfants ont suivi puis nous nous sommes mis à danser. Mais le problème, a été, qu’au bout de 5 minutes, je me suis retrouvée avec 500 enfants autour de moi qui ne voulaient plus me lâcher. La raison de cet excès, est, qu'ils n'ont juste pas l'habitude qu'on s'occupe d'eux. Ce projet m'a permis de rencontrer des adultes et des enfants formidables ayant de nombreuses richesses intérieures. Cet échange de culture m'a montré une autre façon de voir les choses qui nous entoure. Et je recommande cette expérience à toutes les personnes qui souhaitent l'essayer ! Conclusion : La différence est un trésor qu'il faut savoir apprivoiser et partager.

                 Encore merci à la mairie de St Martin le Gréard pour m'avoir aidée à réaliser cette action solidaire extraordinaire !

Auvray Mèlinda. 

 

 

 

Retour Haut de page

Pour toute question ou remarque concernant ce site Web,  envoyez un courrier électronique au webmaster. Copyright © Saint Martin Le Gréard 08/2001

Mairie | Actualités | Vie locale| Economie | Tourisme | C.C.D.D | Archives | Webmaster